Veille hebdo Covid - Crise sanitaire, implications économiques et sociales

Par Antoine CRÉTIEN

Crise sanitaire et implications économiques

Bilans arrêtés au 12/04/2020 – 18h00


Directeur de publication : Thomas Meszaros

Responsable scientifique : Jean-Luc Lautier

Rédacteur : Antoine Cretien

1. Mieux vivre le confinement et penser l’après-crise


1.1. Mieux vivre le confinement

La Cathédrale Notre-Dame de Paris a célébré le Vendredi Saint, malgré les travaux et le virus. L'archevêque de Paris, en présence du violoniste Renaud Capuçon et des comédiens Philippe Torreton et Judith Chemla qui ont interprété plusieurs sonates de Bach et une Mélodie d’Orphée de Gluck particulièrement émouvante. La séquence est à retrouver sur France Info, en replay.


L’Europe de la Culture est toujours disponible ici.


Autre fait saillant de l’actualité, dans un esprit de solidarité, de cohésion et d’encouragement, 350 artistes chantent « Et après ? » : un appel au rassemblement, au retour à l’humanisme et aux solidarités. Le clip est à retrouver ici. Une chanson destinée à soutenir les hôpitaux.

1.2. Initiatives et perspectives en faveur du déconfinement

En parallèle de l’initiative politique « le jour d’après » lancée la semaine passée, la Croix Rouge et WWF lancent elles aussi une plateforme « pour construire ensemble le monde d’après la crise Covid-19 » ; le site est disponible ici. « Confrontés à cette urgence inédite, nous toutes et tous, citoyens, associations, universitaires, acteurs du monde de la culture, journalistes, entrepreneurs…, savons, dans un élan de responsabilité collective, qu’il est crucial de penser dès maintenant le monde de l’après-crise, pour qu’il n’y ait pas de retour à l’anormal. » Cette initiative débutera par le lancement d’un festival en ligne, L’Académie du monde d’après, regroupant plus de 250 personnalités, va lancer la consultation : à suivre en direct sur Facebook, Youtube et Zoom ce samedi et ce dimanche, entre 15h et 23h.

Vendredi 10 avril 2020, c’est la convention citoyenne pour le climat (CCC) qui a transmis cinquante propositions à l’exécutif pour créer « un modèle économique et sociétal différent, plus humain et plus résilient ». Elle propose une contribution au plan de sortie de crise, à retrouver ici. De même, syndicats et ONG se sont retrouvés autour d’une pétition réclamant un « jour d’après écologiste, féministe et social » pour faire face à « l’urgence climatique et sociale » du pays.


2. Situation mondiale : généralités



Center for Systems Science and Engineering (CSSE) – Johns Hopkins University, Baltimore, USA

https://www.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6


Sur le plan des brevets, la Chine est devenue, en 2019, le premier pays à détrôner les États-Unis par le nombre de brevets déposés annuellement auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (Ompi). C’est tout un symbole : les États-Unis ont été sans cesse leader depuis la création de l’agence en 1978.

2.1. Éléments de solidarité internationale

En Iran, le Président Hassan Rohani a annoncé la reprise des activités économiques non risquées pour le 11 Avril. Le pays est dans une situation de tension économique et sanitaire extrêmes, en raison de la pandémie de Covid-19 et des sanctions étasuniennes qui placent l’Iran dans l’impossibilité d’importer de nombreux produits de première nécessité. « Aujourd’hui, la lutte se fait en reprenant les activités économiques. Nous n’avons pas d’autre voie » a déclaré le Président afin d’éviter un naufrage économique total du pays. L’AIEA s’est mobilisée pour soutenir l’Iran en lui fournissant des kits de tests pour la population. L’UE aussi s’est décidée à venir en aide à l’Iran en mobilisant son outil INSTEX[1], permettant de contourner les sanctions étasuniennes. Grâce à ce mécanisme, des médicaments et produits de première nécessité ont pu être livrés cette semaine.

Plusieurs pays ont décrété désormais le port du masque obligatoire : c’est le cas en Amérique du Sud mais aussi au Maroc – une solution provisoire pour tenter d’enrayer l’épidémie. Car les pays du Sud risquent des krachs sanitaires en cas de pic épidémique. Mal préparés, avec des infrastructures sous-équipées, ces pays réclament l’aide de la communauté internationale. La France, par le biais de l’AFD, lance l’initiative « Covid-19 – santé en commun » pour venir en aide aux pays africains tandis que l’UE mobilise 20 milliards d’euros pour soutenir les pays les plus vulnérables, sous la forme de garanties de prêts et de réorientation de fonds non-dépensés.

Les milliardaires étasuniens se mobilisent aussi pour sauver leur pays du désastre mais aussi le reste du monde. Des milliards de dons ont déjà été enregistrés : Warren Buffet donne 3,6 milliards à cinq fondations, Jim Walton donne lui plus d’un milliard, comme Jack Dorsey. Ces dons bienvenus ne doivent pas nous faire oublier que nous ne sommes pas tous égaux face au virus et que celui-ci révèle et accentue encore un peu plus les inégalités, comme le rappelle l’Institut Montaigne. Pour mieux comprendre et prendre en compte ces inégalités nouvelles, le Conseil Scientifique a admis, sur proposition du Président du Sénat, la vice-présidente d’ATD Quart Monde, Marie-Aleth Grard. Craingnant que le confinement n’aggrave les inégalités liés aux revenus, au logement, à l’accès aux soins et aux biens de première nécessité, elle explique être « dans ce comité scientifique pour amener la parole des personnes qu’on n’entend pas ». Son interview pour Public Sénat est disponible ici.

2.2. Avancées médicales et recherche scientifique

Des expérimentations médicales à l’échelle internationale vont être lancées pour tenter de déterminer si le vaccin BCG peut limiter la mortalité du Covid-19. Les scientifiques ont en effet découvert que le virus était bien moins létal dans les populations majoritairement vaccinées avec le BCG. Commencée en Australie et aux Pays-Bas, cette étude clinique va bientôt être augmentée de l’Espagne et de la France (Institut Pasteur de Lille). Les premières conclusions sont attendues dans 3 à 4 mois. L’APHP a toutefois stoppé l’un de ses programmes avant même qu’il ne commence : l’autorité avait annoncé vouloir tester des solutions issues du sang des vers marins, très oxygéné, pour aider les patients atteint du Covid. Une étude non-clinique de 2011 a toutefois été exhumée par l’ASM et celle-ci présentait 100% de létalité chez les porcs ayant reçu cette solution. L’essai clinique a été immédiatement abandonné.

D’autres expérimentations sont en cours pour analyser l’effet des transplantations de plasma de personnes guéries et immunisées vers des personnes malades. C’est le cas de l’APHP qui a lancé son essai clinique « Coviplasm » soutenu par l’INSERM. Plusieurs centaines de patients vont donc recevoir quatre fois 200ml de plasma de personnes guéries pour tenter de les guérir. Les premiers résultats sont attendus sous deux à trois semaines.

3. Pandémie et économie mondiale


3.1. Situation en Asie

En Chine, la polémique enfle sur les mensonges de l’État dans sa gestion de l’épidémie. Il ne fait désormais quasiment plus aucun doute que le bilan a été volontairement et massivement sous-évalué. Les dissidents et la diaspora avancent le chiffre de 60 000 morts qui leur parait crédible au regard de leurs contacts et informations. Cette hypothèse ne peut pour le moment pas être vérifiée. Toujours est-il que l’OMC est désormais pointée du doigt pour sa complaisance vis-à-vis de la RPC dans cette épidémie, le directeur éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus étant jugé prochinois.

Toutefois, pour la première fois en Chine depuis le début de l’épidémie, le 7 Avril, le pays n’a enregistré aucun nouveau décès. Le déconfinement a été prononcé pour Wuhan qui restait presque entièrement coupée du monde. Aussitôt la mesure annoncée, les habitants se sont rués vers les gares, les aéroports et les sites touristiques. Des images de sites bondés ont été diffusées partout dans le monde alors que plusieurs institutions mettent en garde contre un retour épidémique probable en Chine : le Quotidien du Peuple, journal officiel du PCC avait pourtant exhorté la population avec ce titre « Ne vous réunissez pas ! ». Pékin ne doit donc pas crier victoire trop tôt.


La situation se dégrade dans certains pays qui avaient pourtant jusque-là été admirés pour leur gestion sanitaire et technologique de la crise. C’est le cas de Singapour qui instaure un confinement généralisé, tandis que Hong-Kong durcit ses mesures de quarantaine et de distanciation sociale. Toutefois, le territoire résiste toujours au confinement généralisé, comme Taïwan et la Corée du Sud. A l’inverse, le Japon et l’Indonésie viennent de prendre des mesures de confinement de leur population : le Japon a ainsi instauré l’état d’urgence dans sept zones de l’archipel.


Sur le plan économique, les bourses asiatiques rebondissent tandis que les exportations chinoises et malaisiennes repartent à la hausse. Essentiellement à cause du matériel médical que la RPC envoie à l’étranger et des gants en caoutchouc que fabrique massivement la Malaisie (elle fournit 70% de la demande mondiale). La Chine a ainsi exporté, depuis début Mars, plus de deux milliards de produits pharmaceutiques, quatre milliards de masques et 16 000 respirateurs à travers le monde pour un montant de 890 millions de dollars. En revanche, certains problèmes subsistent : la Finlande a découvert cette semaine que deux millions de masques qu’elle avait achetés à la Chine ne respectaient pas les normes nécessaires pour leur utilisation en milieu médical, tandis que la France vient tout juste de faire débloquer 16 millions de masques, qui étaient bloqués en RPC par des tentatives de rachat étasuniennes.


3.2. Situation en Europe




Une initiative européenne saluée par la Commission : le constructeur Airbus a décidé d’envoyer ses avions détenus au nom de la compagnie vers la Chine pour rapatrier plus de quatre millions de masques vers différents pays européens. Et de bonnes nouvelles sanitaires : en Italie et en Espagne, le nombre de décès quotidiens est au plus bas depuis fin mars, laissant supposer que le pic de mortalité aurait enfin été atteint.

Plusieurs pays européens réfléchissent et préparent leur retour à la normale en passant par des étapes progressives de déconfinement. C’est le cas de l’Italie, de la Suisse ou de l’Autriche, qui a donné la tendance en permettant, à partir du 14 Avril, aux petits commerces de rouvrir (la stratégie sera échelonnée entre Avril et Juillet). La Suisse a quant à elle annoncé un confinement jusqu’au 26 Avril en annonçant que les mesures seraient assouplies après cette date ; il s’agira d’un « assouplissement échelonné », organisé par le Conseil Fédéral. En Italie, enfin, le gouvernement réfléchit aux mesures nécessaires pour lever provisoirement la chape de plomb qui pèse sur le pays à partir du 4 Mai.

En Allemagne enfin, une étude clinique d’envergure, sur plus de 100 000 patients va débuter lundi. Il s’agit pour les autorités sanitaires d’évaluer le pourcentage de la population développant des anticorps au virus, afin d’envisager les meilleures mesures de déconfinement possibles.


3.2.1. Implications et mesures économiques

La réponse de l’Union Européenne continue de s’augmenter chaque jour de nouvelles mesures saluées par les États membres et la Commission. L’Union a déjà engagé plus de 2 770 milliards d’euros pour soutenir les économies européennes et leurs systèmes de santé tandis que l’Eurogroupe est parvenu à un accord sur un plan de soutien de 540 milliards d’euros (financement de l’activité partielle à hauteur de 100 milliards d’euros, 200 milliards de prêts aux entreprises par la Banque européenne d’investissement, prêts aux États à hauteur de 240 milliards d’euros par le MES).


3.2.2. Zoom pays : la France

En France, le gouvernement change de discours et rejoint les préconisations de l’Académie de médecine sur un port généralisé du masque dans le cadre des sorties individuelles. Le confinement est également envisagé par l’Académie de médecine et devra être conditionné, par régions, plutôt que par âge, tandis qu’elle exhorte le gouvernement à pratiquer une politique de tests sérologiques massifs. Toutes les options sont encore étudiées alors que le confinement a été prolongé au-delà du 15 Avril et que le Président doit prendre la parole ce lundi, après avoir rencontré jeudi, à Marseille, le Pr. Raoult qui lui a présenté une étude de suivi de plus de 1000 patients.


L’épidémie ralentit dans le pays : le nombre d’admissions à l’hôpital et de consultations diminue selon les derniers chiffres de Santé Publique France. Des éléments encourageants, qui doivent être mis au crédit du confinement, globalement bien respecté par les Français.

Un élan de solidarité qui a été bien apprécié par la FNSEA : l’opération « des bras pour ton assiette » qui invitait les Français disponibles à aider les agriculteurs et maraîchers a permis de mobiliser 180 000 volontaires pour le moment. Après avoir salué ces initiatives, la Présidente de la FNSEA nous invite toutefois à repenser notre modèle agro-alimentaire ; elle engage le gouvernement à réfléchir à une nouvelle stratégie de souveraineté alimentaire.


En France, l’économie n’est pas complètement à l’arrêt, loin s’en faut. Le Ministère de l’économie estime que seulement un tiers des activités sont aujourd’hui en arrêt « total », le reste de l’économie tente, en mode dégradé, de poursuivre ses activités productives. Certains recrutements sont même à la hausse. Yahoo Finance fait le point sur ces dix métiers qui recrutent le plus en cette période de crise : on y retrouve bien-sûr les infirmier.res ou les hôtes.ses de caisse mais aussi les agents de sécurité. Le gouvernement s’attend toutefois à la pire récession depuis 1945 et double son plan d’urgence qu’il porte de 45 à 100 milliards d’euros.


L’INSEE a de son côté publié une étude de la nouvelle répartition de la population française avant et après le confinement : les métropoles sont vidées tandis que les territoires ruraux ont augmenté leur population. De même, en cette période de pandémie, l’Institut s’est proposé de publier des analyses de surmortalité, au niveau national, régional et départemental. Les effectifs de décès cumulés sont depuis le 1er Janvier sont aujourd’hui supérieurs à ceux de 2019 mais inférieurs à ceux de 2018 (année où la grippe saisonnière était particulièrement vivace). En revanche, au niveau départemental, les chiffres montrent effectivement une forte surmortalité dans les zones les plus touchées (+128% par rapport à 2019 dans le Haut-Rhin par exemple). Des signes encourageants apparaissent également : « la hausse des décès dans la région Grand Est se poursuit, mais à un rythme nettement ralenti par rapport à la semaine passée. » note ainsi l’Institut.




3.3. Situation aux États-Unis

Le chômage continue de flamber aux États-Unis : aux presque 10 millions de chômeurs enregistrés sur ces deux dernières semaines s’ajoutent 6,6 millions de nouvelles entrées cette semaine. La situation sanitaire se dégrade de plus en plus et le pays affronte chaque jour des bilans plus terribles. L’espoir d’une reprise rapide est toutefois entretenu par la FED qui mobilise plus de 2 300 milliards de dollars en prêts directs aux entreprises et aux administrations publiques. La situation est d’autant plus inquiétante que des États Républicains refusent toujours le confinement.



[1] Instrument in Support of Trade Exchanges – société commune créée par la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne pour permettre de maintenir avec l’Iran un commerce non basé sur le dollar mais sur l’échange de produits, afin de contourner l’extra-territorialité du droit étasunien.

Institut d’Études des Crises et de l’Intelligence Économique et Stratégique

Université Jean Moulin Lyon 3 - CLESID

15 Quai Claude Bernard, 69007 Lyon

crisesinstitut@gmail.com

©2020 par Institut d’Études des Crises et de l’Intelligence Économique et Stratégique.

Institut de recherche à but non lucratif

N°RNA W691090048 - n° de parution 20160011