Le 26 septembre 2016, un jour historique pour la Colombie ?

Dernière mise à jour : 6 mai 2020

Par Julie PONTVIANNE

Le 26 septembre 2016 est un jour historique pour la Colombie et pour plus de 48 millions de Colombiens qui ont rêvé pendant 5 décennies de la paix. L’espoir de voir se construire ou plutôt se reconstruire un pays en paix est enfin devenu plausible suite à la signature de l’accord de Paix à Carthagène des Indes entre le président colombien Juan Manuel Santos et le commandant en chef de la plus vieille guérilla marxiste du continent américain Rodrigo Londoño, plus connu sous le nom de guerre de « Timochenko ». La signature de cet accord entre le gouvernement colombien et les FARC-EP (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple) représente la fin de 52 années de conflit armé qui ont divisé et meurtri plusieurs générations du peuple colombien. Elle est symbolique, saluée, acclamée non seulement en Amérique latine mais aussi par l’ensemble de la communauté internationale. Ce que l’on se doit de célébrer en ce jour historique, c’est un acte symbolique qui vient récompenser quatre années de négociation extrêmement compliquées à la Havane, c’est la victoire de la voie diplomatique pacifique sur la voie armée et enfin la volonté commune du gouvernement colombien et des FARC-EP d’écrire ensemble les nouvelles pages du futur de leur pays. Et ce n’est pas un hasard si le stylo ayant servi à la signature du traité est un stylo fabriqué à partir d’une balle. En outre, les victimes du conflit armé colombien, si longtemps oubliées ou reléguées au second plan, ont elles aussi vécu un jour historique puisque c’est la première fois qu’un représentant des FARC-EP leur demande officiellement pardon, et de surcroît, sur le sol colombien.